Réforme de la formation professionnelle

Le Ministère de l’éducation nationale a présenté ses propositions afin de faire évoluer la formation professionnelle. Nous vous présentons les grandes lignes de ces évolutions ci-dessous.

Introduction

Le lycée professionnel a vocation à être pour les élèves un tremplin vers une insertion immédiate dans la vie active ou vers des poursuites d’études réussies et, en tout état de cause, vers l’acquisition de compétences et de qualifications tout au long la vie.

Dans un monde qui se transforme, le lycée professionnel peut s’appuyer sur des atouts majeurs : l’expertise, l’engagement des professeurs et le dynamisme pédagogique qui irriguent l’enseignement professionnel français. Le partenariat avec les régions et avec le monde professionnel permet une intelligence collective au service de la réussite.

La transformation qui s’engage va répondre à cette ambition grâce à une meilleure articulation entre enseignements professionnels et enseignements généraux grâce à une complémentarité renforcée entre apprentissage et voie scolaire. Elle passe aussi par des parcours plus personnalisés, à l’image du CAP qui pourra désormais être obtenu en 1, 2 ou 3 ans, ou par le choix, en terminale professionnelle, entre une option poursuite d’études ou insertion professionnelle et entrepreneuriat.

Le lycée professionnel, un lieu de formation d’avenir

Si elle connaît de très belles réussites, la voie professionnelle souffre de difficultés qui appellent des réponses ambitieuses :

  • un déficit d’attractivité lié à une valorisation insuffisante des formations professionnelles ;
  • une offre de formation pas toujours adaptée aux besoins des territoires et aux enjeux de l’avenir ;
  • des taux d’insertion insuffisants (35 % des jeunes sont au chômage sept mois après la fin de leurs études) avec des situations très contrastées suivant les formations et les secteurs d’activités.

Les jeunes qui entrent aujourd’hui en lycée professionnel seront encore en emploi en 2060. Il est donc indispensable que le lycée professionnel se transforme pour :

  • attirer davantage de lycéens motivés par les caractéristiques de la voie professionnelle ;
  • mieux former aux compétences nouvelles liées aux mutations technologiques et environnementales ;
  • mieux assurer la réussite du parcours scolaire de formation que ce soit par voie scolaire ou par apprentissage ;
  • mieux accompagner les lycéens vers la poursuite d’études et une insertion professionnelle durable ;
  • mieux répondre aux besoins en compétences des adultes.

La scolarisation en Enseignement Professionnel :

Une voie à rénover pour favoriser la réussite

3 objectifs pour l’épanouissement des élèves


3 leviers pour renforcer la voie professionnelle

L’essentiel

  • Préparer les élèves à relever les défis de demain en les formant aux outils et techniques professionnels de pointe et en les aidant à appréhender les mutations contemporaines.
  • Des formations et diplômes adaptés qui répondent mieux aux attentes des élèves et aux besoins des professionnels.

L’économie comme le marché du travail connaissent des transformations majeures avec l’apparition de nouveaux secteurs d’activités, l’impact de la transition numérique et de la transition énergétique. Ces mutations se traduisent également par l’évolution des métiers et des compétences, la montée en puissance de l’entrepreneuriat ou encore l’opportunité de se former tout au long de sa vie.

Le rôle du lycée professionnel est de préparer les élèves à relever ces défis en les formant aux outils et techniques professionnelles de pointe, et en les aidant à appréhender les mutations contemporaines.

Pour cela, il est nécessaire :

  • d’adapter les contenus aux réalités économiques d’aujourd’hui et de demain ;
  • d’offrir une carte de formation adaptée aux dynamiques des territoires ;
  • d’offrir des formations lisibles pour les élèves et les familles ;
  • d’offrir des parcours en formation initiale et en formation continue.

Pour répondre à ces défis, l’éducation nationale propose aux régions de mener tout au long de l’année 2018-2019 un travail étroit pour définir des cartes des formations ambitieuses et attractives. Ce travail en lien avec les branches professionnelles doit prendre en compte les attentes des élèves et de leurs familles ainsi que les besoins des professionnels. Une attention particulière devra être apportée aux niveaux et aux modalités de formation les mieux adaptés à chaque secteur d’activités et à chaque territoire.

Ces évolutions s’accompagnent également d’un plan de formation des professeurs.

Leur expertise sera notamment mise à profit au sein des STS. Par ailleurs, les opportunités de rencontres en entreprise et dans les campus entre les professeurs et les professionnels seront développées pour partager les évolutions des métiers et des compétences.

Le Baccalauréat Professionnel

Un baccalauréat professionnel plus innovant, plus progressif et plus lisible Jusqu’ici, la scolarité en lycée professionnel se caractérisait par des emplois du temps particulièrement lourds pour les élèves (jusqu’à 33h30 par semaine). À compter de la rentrée 2019, les cursus sont repensés pour offrir des parcours plus innovants :

  • co-intervention pour donner du sens aux apprentissages ;
  • consolidation et accompagnement pour répondre aux besoins de chaque élève ;
  • spécialisation progressive pour sécuriser le choix des élèves.

Familles de métiers

Une famille de métiers rassemble plusieurs spécialités de baccalauréat professionnel regroupées sur la base de compétences professionnelles communes. Cela permet aux élèves d’acquérir un premier socle professionnel, tout en découvrant les enjeux et les métiers d’un secteur d’activité.

Une quinzaine de familles pourra être proposée, du type :

  • Métiers de l’aéronautique
  • Métiers de la réalisation de produits mécaniques
  • Métiers du numérique et de la transition énergétique
  • Métiers de la maintenance des équipements industriels et des véhicules
  • Métiers du pilotage d’installations automatisées
  • Métiers des industries graphiques et de la communication
  • Métiers du bois
  • Métiers de la construction durable, du bâtiment et des travaux publics
  • Métiers des études et de la modélisation numérique du bâtiment
  • Métiers de la beauté et du bien-être
  • Métiers de la gestion administrative, du transport, de la logistique et de la sécurité
  • Métiers de la relation client
  • Métiers de l’hôtellerie-restauration, tourisme
  • Métiers de bouche

Certaines spécialités ne relèvent pas de familles de métier en raison de leur spécificité.

Exemples

Seconde Métiers de l’hôtellerie-restauration, regroupant les spécialités Cuisine et Commercialisation et services en restauration ;

Seconde Métiers de la construction durable et des travaux publics regroupant les spécialités Travaux publics ; Technicien du bâtiment : organisation et réalisation du gros œuvre ; Interventions sur le patrimoine bâti, option A Maçonnerie, option B Charpente, option C Couverture ; Menuiserie-aluminium-verre ; Aménagement et finitions du bâtiment ; Ouvrages du bâtiment : Métallerie.

Méthode

Dès l’été, en lien avec le ministère du Travail, le ministère de l’Éducation nationale se réunira avec les branches professionnelles pour définir les familles de métiers proposées à la rentrée 2019.

Le parcours de l’élève

  • En fin de troisième, les élèves choisissent une famille de métiers qui regroupe des compétences professionnelles communes à des spécialités de baccalauréat.
  • En seconde professionnelle :
    • Dès la rentrée 2018, l’élève passe un test de positionnement en langue française et en mathématiques.
    • Au cours de l’année de seconde, l’élève acquiert les compétences professionnelles et passe 4 à 6 semaines en entreprise.
    • À la fin de la seconde, il choisit sa spécialité en vue de son passage en première.
  • En première professionnelle :
    • L’élève approfondit les compétences professionnelles.
    • Son temps de formation en milieu professionnel s’accroît de 6 à 8 semaines.
    • Il débute la préparation d’un chef-d’œuvre en vue du baccalauréat.
  • En terminale professionnelle :
    • L’élève poursuit sa spécialité.
    • Pour mieux accompagner la réussite des élèves de la voie professionnelle dans l’enseignement supérieur, des classes passerelles sont créées en BTS avec 2000 places dès la rentrée 2018.
    • L’élève choisit entre :
      • un module d’insertion professionnelle et d’entrepreneuriat pour faciliter son entrée dans l’emploi : rédaction de CV et de lettres de motivation, préparation aux entretiens de recrutement ;
      • un module de poursuite d’études s’il souhaite continuer sa formation après le baccalauréat : préparation aux attentes de l’enseignement supérieur.
    • La durée de la formation en milieu professionnel est de 8 semaines.

Ce parcours renouvelé se traduit par de nouvelles dynamiques pédagogiques :

  • dans la tradition d’innovation pédagogique propre à la voie professionnelle, la co-intervention des professeurs d’enseignement général et d’enseignement professionnel est renforcée. L’objectif est de donner plus de sens aux enseignements généraux en les rendant concrets pour les élèves dans une perspective professionnelle ;
  • tout au long de son parcours au lycée professionnel, le lycéen prépare individuellement ou collectivement un « chef d’œuvre », qu’il présente à la fin de l’année de terminale devant un jury. Cette réalisation se nourrit de l’expérience acquise au lycée et en milieu professionnel. Synonyme d’excellence et de reconnaissance par les pairs, cette épreuve témoigne de l’acquisition des savoirs et des gestes propres à un métier et développe le sentiment d’appartenance à une communauté professionnelle ;
  • chaque lycéen bénéficie d’un temps renforcé dédié à la consolidation, à l’accompagnement et à la préparation de son projet d’avenir. Ce temps sera consacré :
    • en seconde, au renforcement en français et en mathématiques, et au choix de la spécialité ;
    • en première, à la consolidation des acquis et à la réflexion sur le projet d’avenir ;
    • en terminale, à une préparation à l’insertion professionnelle et à l’entrepreneuriat ou à la poursuite d’études en fonction du choix du lycéen.

Retrouvez le document complet ici.